Déontologie

Ce code est établi par la Société CCL Performances exclusivement pour la pratique du Coaching professionnel.

1 – Devoirs du coach

Art. 1-1 – Exercice du Coaching

Le coach s’autorise en conscience à exercer cette fonction à partir de sa formation (La haute école de Coaching), de son expérience et de sa supervision.

Art. 1-2 – Confidentialité

Le coach s’astreint au secret professionnel.

Art. 1-3 – Supervision établie

L’exercice professionnel du coaching nécessite une supervision, le coach fera appel dans ce cas à un confrère certifié.

Art. 1-4 – Respect des personnes

Conscient de sa position, le coach s’interdit d’exercer tout abus d’influence.

Art. 1-5 – Obligation de moyens

Le coach prend tous les moyens propres à permettre, dans le cadre de la demande du client, le développement professionnel et personnel du coaché, y compris en ayant recours, si besoin est, à un confrère.

Art. 1-6 – Refus de prise en charge

Le coach peut refuser une prise en charge de coaching pour des raisons propres à l’organisation, au demandeur ou à lui-même. Il indique dans ce cas un de ses confrères.

2 – Devoirs du coach vis à vis du coaché

Art. 2-1 – Lieu du Coaching

Le coach/formateur se doit d’être attentif à la signification et aux lieux choisis lors de la séance de coaching/formation.

Art. 2-2 – Responsabilité des décisions

Le coaching est une technique de développement professionnel et personnel. Le coach laisse de ce fait toute la responsabilité de ses décisions au coaché.

Art. 2-3 – Demande formulée

Toute demande de coaching, lorsqu’il y a prise en charge par une organisation, répond à deux niveaux de demande : l’une formulée par l’entreprise et l’autre par l’intéressé lui-même. Le coach valide la demande du coaché. En cas de tri-partie, le coach/formateur ne peut rendre compte de son action au donneur d’ordre que dans les limites établies avec le coaché/formé. Le coaching/la formation s’exercera dans la synthèse des intérêts du coaché/formé et de son organisation.
Le coaching professionnel est l’accompagnement de personnes ou d’équipes pour le développement de leurs potentiels et de leurs savoir-faire dans le cadre d’objectifs professionnels

3 – Devoirs du coach vis à vis de l’organisation

Art. 3-1 – Protection des organisations

Le coach est attentif au métier, aux usages, à la culture, au contexte et aux contraintes de l’organisation pour laquelle il travaille.

Art. 3-2 – Restitution au donneur d’ordre

Le coach ne peut rendre compte de son action au donneur d’ordre que dans les limites établies
avec le coaché.

Art. 3-3 – Accord contractuel

Le coach/formateur se doit dès le début de l’accompagnement d’établir par écrit un contrat clair avec son client. Les conditions de cet accord incluent la nature du service proposé, les limites et les responsabilités de chacun. Le contrat précise aussi la fréquence et la durée des entretiens, la façon dont ils se dérouleront (en vis-à-vis, par téléphone ou Internet) ainsi que le montant des honoraires perçus pour la mission.